• Camille Lauzin

Faire du community management en étant fauché : quelques astuces


Vous souhaitez animer vos comptes sur les réseaux sociaux, mais vous n’avez pas de budget alloué. En réalité, si votre marge de manœuvre est plus limitée que si vous en aviez un, tout n’est pas perdu : il existe des outils gratuits très fonctionnels !


À son compte ou pas, l’idéal reste d’investir dans des outils payants pour délivrer une prestation de qualité. Cependant, lorsqu’on se lance, on n’a pas forcément les moyens de payer pour chacun de ces aspects métier ! Et pour ce qui est du community management en entreprise et notamment en TPE, tout le monde n’est pas prêt à investir un budget conséquent dans l’achat d’abonnements ou d’outils.


gif

Pas de panique : il reste possible d’être un bon community manager en étant fauché. Voici quelques outils qui pourront vous être utiles :


1. Pour la programmation : utiliser des versions light


Si les outils de programmation (Hootsuite, Agorapulse, Swello ou Metricool) sont payants, la plupart d’entre eux proposent une version gratuite. Celle-ci se limite généralement à un seul compte… Mais cela peut être suffisant si vous vous êtes en poste et administrez le ou les comptes d’une seule entreprise.


Au-delà, il peut être possible de jongler avec différents outils, et en utiliser un différent pour chaque compte.

Cependant, si vous administrez plusieurs comptes de façon poussée et/ou si Community Manager est votre principal métier, le mieux restera d’investir dans une de ces solutions. Non seulement vous pourrez gérer plusieurs comptes, mais vous aurez également accès à d’autres options : veille, statistiques détaillées, comparaisons, outils de collaboration…


2. Pour le graphisme : Canva et GIMP vous ouvrent leurs bras !


Vous n’avez pas de budget dédié au graphisme, mais avez régulièrement besoin d’élaborer des visuels ?


Alors Canva et GIMP devraient faire votre bonheur. Dans un genre différent (Canva est en ligne, GIMP est à télécharger), ces deux logiciels permettent d’élaborer des visuels de façon relativement aisée, à compléter avec une bonne banque d’image (découvrez ici des exemples de banques d’images gratuites).

Là aussi, opter pour des options payantes peut être avantageux si vous souhaitez pousser la personnalisation et/ou bénéficier de formats spéciaux (SVG, EPS, etc) : sans aller jusque’à se procurer la suite Adobe, les logiciels Affinity et la version payante de Canva peuvent constituer des alternatives plus que satisfaisantes.


gif


3. Pour la vidéo : iMovie et KineMaster pour vous sauver la vie


Faire de la vidéo quand on est amateur, impossible ? En réalité, si cela peut être compliqué de par la technicité de la création vidéo, il reste possible, a minima, de raccourcir/recadrer certains plans par exemple. Imovie, installé par défauts sur tous les produits Apple, peut pour cela être d’une grande aide. Sur Android, Kinemaster est souvent considérant comme un bon équivalent.


4. Pour la veille : Merci Google et Twitter


Pas de budget pour un logiciel de veille ? Avec une certaine agilité, il reste possible de se débrouiller sans y faire appel.


Les alertes Google peuvent se révéler vraiment utiles : il vous suffit d’aller sur Google Alerte, de taper les mots que vous souhaitez rechercher, et de régler vos paramètre : fréquence et heure de réception, langue… Cette solution peut s’avérer assez exhaustive pour un prix mini puisque gratuit.


Si votre veille concerne un nombre limité d’acteurs ou un sujet très spécifique, il peut être judicieux de la mener sur Twitter : le plus souvent, il s’agit d’un média privilégié quand il s’agit de poster des actualités. Vous pouvez procéder à partir de listes à élaborer en y ajoutant les comptes que vous avez besoin de suivre.


5/ Pour les statistiques : utiliser les outils natifs


S’il est compliqué de trouver un bon outil externe gratuit pour les statistiques réseaux sociaux, par chance, ils proposent en back office une version native plutôt satisfaisante qui permet d’obtenir un aperçu global.

  • Sur Twitter : cliquer sur « Plus » puis « Statistiques » dans le menu à gauche.

  • Sur Linkedin : vous avez accès à un menu « Statistiques » sur le menu en haut de votre page. De là, vous pourrez en savoir plus sur vos abonnés ou les statistiques de vos posts.

  • Sur Facebook, un menu statistique est également dispo sur le menu à gauche de votre page.

  • Pour Instagram, rendez-vous sur la Business Suite pour obtenir les statistiques, à partir du menu à gauche de l’écran là aussi.


gif

En réalité, tous ces outils sont suffisants pour commencer à animer une page d’entreprise. C’est une fois familiarisé avec eux que vous pourrez, si le besoin se fait ressentir, investir dans des solutions plus élaborées.